samedi 12 août 2017

Pro Belgica à Nieuport


Comme chaque année, Pro Belgica était présent au 82ème hommage national au Roi Albert Ier et aux Héros de l'Yser à Nieuport. L'association était représentée par l'administrateur et porte-drapeau Matthieu Croonen et par l'administrateur Jean Paul Van Goethem. 








Merci à Suzanne Nys de nous autoriser à reprendre ses photos.

dimanche 6 août 2017

Carte postale de Rome

Presque immédiatement après leur conversion, les peuples germaniques se sont rendus sur les lieux de culte où l'on vénérait saint Pierre et saint Paul. Il fallut très vite organiser des structures d’accueil pour loger ces pèlerins. C’est ainsi qu’à deux pas de la basilique constantinienne de Saint-Pierre on trouve de petits centres destinés aux Saxons, Lombards, aux Frisons et aux Francs. L'église des Frisons et le Campo Santo dei Teutonici e Fiamminghi existent toujours. Souvent on situe également (mais injustement) le début de l’hospice de Saint-Julien à Rome au VIIIe siècle, tandis que selon la tradition le comte Robert II de Flandre aurait visité la fondation, au cours de son voyage vers la Terre Sainte en 1096. La date précise de la fondation reste toutefois incertaine. 

Les premières mentions historiques d'une chapelle consacrée à saint Julien datent du début du XVe siècle, lors du retour des papes à Rome après leur long exil en Avignon, suite aux schismes douloureux qui éprouvèrent l'Église. Le retour à Rome de la cour pontificale signifiait pour la ville un nouvel essor. De nombreux étrangers suivirent ce mouvement, dans le sillage de la curie romaine. Les «nations» étrangères se fixèrent en ville et Rome devint rapidement la «communis patria», la patrie commune à tous. Les anciens Pays-Bas n’échappèrent pas à ce mouvement et créèrent dès lors leur propre infrastructure, afin d'absorber le flux croissant de personnes venues de nos régions. C'est de cette époque que date l'un des plus anciens écrits sur Saint-Julien, dont une copie conforme existe toujours dans le livre de la confrérie de 1574 : il s’agit des statuts et des règlements de l'hospice pour les pèlerins de 1444. 



À partir de 1624, le registre des pèlerins fut minutieusement tenu à jour. Cela nous donne une idée du flot important de pèlerins venus des Pays-Bas méridionaux vers la Ville Sainte. Entre 1624 et 1790, y furent logés quelque 21.213 pèlerins venus non seulement du comté de Flandre, mais également de l'Artois, de Namur, du Hainaut, de Cambrai et de Tournai. La comptabilité de Saint-Julien nous apprend comment la Fondation intervint financièrement pour aider des gentilshommes agressés, des personnes malades revenant des galères pontificales, et des marins et leurs familles libérées des mains de pirates d'Afrique du Nord moyennant rançon, souvent fort importante. 

Au début du XVIe siècle, la redécouverte de l'Antiquité classique accrut considérablement le pouvoir d’attraction de Rome. Grâce à la munificence des papes de la Renaissance, la ville devint rapidement un pôle d'attraction pour beaucoup de peintres, de sculpteurs, de musiciens et de savants. Assurée de l'appui de fondations telle San Giuliano, Rome fut du XVe au XVIIe siècle un véritable lieu d'immigration pour les Flamands. Une foule de cordonniers, menuisiers, orfèvres, verriers, couturiers et soldats trouvèrent à Rome une seconde patrie. Les riches Flamands de Rome, le clergé, les hommes d'affaires, les artisans et artistes à succès siégeaient dans le conseil d'administration de l'hospice et étaient en même temps membres de la Fraternité Saint-Julien, annexe. Cette fraternité avait une dimension à la fois religieuse et matérielle. Ses membres se soutenaient mutuellement et soutenaient surtout leurs compatriotes nécessiteux, tant dans les occasions joyeuses que tristes. La confrérie avait acquis un grand prestige en 1536 grâce à l’inscription de l’empereur Charles-Quint, originaire de Gand. Leur présence se note encore toujours à travers les pierres tombales cimentées dans le sol de l’église. 



Bien que le conseil d'administration ne puisse être composé statutairement que de membres issus du Comté de Flandre, plusieurs personnes venant d'autres régions (Anvers, Tournai, Binche...) participèrent à la gestion de Saint-Julien, quoique les Brabantois et les Liègeois se rencontraient en première instance dans l’église de S. Maria dell’Anima. Les proviseurs recevaient en revanche le soutien financier de toutes les parties des anciens Pays-Bas. Mais Saint-Julien était bien plus qu'un centre de soutien financier. La petite église était le lieu de ralliement pour les habitants des Pays-Bas méridionaux, qui habitaient Rome, afin de resserrer les liens d'amitié qui les unissaient. 

Cette église Saint-Julien servait de point de chute pour tous les Flamands qui vivaient à Rome, les plus riches protégeant les moins fortunés. Ainsi le banquier Pieter de Visscher d'Audenaerde (rapidement appelé en Italie Pietro Pescatore) était actif à Saint-Julien entre 1618 et 1643. Il fit décorer sa maison de campagne à Frascati par l'Anversois Cornelis Schut. Des artistes réputés, tel Jan Miel de Beveren, au XVIIe siècle, l'un des importateurs à Rome des petites scènes de genre, ou le Bruxellois Louis Cousin, alias Luigi Primo il Gentile, ont fait partie du conseil d'administration de Saint-Julien. 



Le siège actuel de la Fondation à la Via del Sudario fut reconstruit en 1681-1682 et c’est de ce moment-là que date son aspect actuel. La forme octogonale de l'église remonte au début du XVIIIe siècle : sa ressemblance avec San Andrea al Quirinale du Bernin est frappante. Le plan de base fut dessiné par Antonio Maria Borioni (Rome ? - 1727), aidé en cela par son frère Asdrubale Maria Borioni. Le mécène de loin le plus important de la Fondation fut un pharmacien de Ypres, Nicolaas van Haringhen, qui était actif à Rome et fit de Saint-Julien son héritier universel. En 1695 il chargea son ami, Théodore Helmbreker de Haarlem, de peindre la toile de fond du maître-autel. Son héritage servit aussi à d’autres travaux de décoration, au XVIIIe siècle. 

La plupart des œuvres d'art que l'on peut voir de nos jours dans l'église datent du début du XVIIIe siècle. Le médaillon central de la voûte représente l'apothéose de saint Julien. La fresque fut peinte en 1717 par le peintre anglais William Kent, qui connut son heure de gloire plus tard en tant que créateur du jardin anglais, et fut aussi l'architecte de la cour du roi d'Angleterre. Ce médaillon est entouré de quatre figures allégoriques qui représentent respectivement le Comté de Flandre (FLANDRIA, en haut à gauche), Bruges et le Franc de Bruges (BRVGAE, en haut à droite), Gand (GANDARVM en bas à gauche) et Ypres (HYPRAE, en bas à droite), dont les armoiries entourent aussi le médaillon et ornent la façade de l'église, en dessous de l'inscription : ECCLESIA S. GIULIANI HOSPITALIS FLANDRIAE. En 1743, le peintre bruxellois Maximilien Dhaese peignit la toile située au-dessus d'un autel latéral et qui représente les apôtres Pierre et Paul. Des sculpteurs, comme le Gantois Pieter Verschaffelt (auteur de l'ange au sommet du Château Saint-Ange) ou Charles-François van Poucke, de Dixmude, étaient encore membres de la fondation au milieu du XVIIIe siècle. 



L'ancienne organisation de Saint-Julien disparut lors de la prise de contrôle de la fondation par la République Française entre 1798 et 1814. L'église passa ensuite officiellement au Royaume des Pays-Bas, et enfin à la Belgique. Notre dynastie est encore aujourd’hui la protectrice du titre « Royale » que lui octroya Marie-Thérèse impératrice d'Autriche, reine de Hongrie et archiduchesse de Bohème. Le patrimoine de la fondation se compose de trois grands « palazzi » (immeubles) du XVIIIe-XIXe siècle. Elle gère ces biens uniquement grâce aux loyers modestes des 35 locataires et ne jouit d'aucun subside de l'État belge. Le but de la fondation est inchangé depuis les anciens statuts : être disponible pour les compatriotes-pèlerins qui demeurent à Rome ou visitent la Ville Éternelle. Saint-Julien abrite également le siège de la Fondation Darchis, dont l’administrateur délégué est le recteur de Saint-Julien. 



Le 11 novembre, on commémore à Saint-Julien les morts des deux guerres mondiales et on y fête le Roi le 15 novembre. D'octobre à juin, l'Eucharistie dominicale y est célébrée à 10 heures et demie. Lors du Consistoire du 26 novembre 1994, le Scheutiste Jan Schotte fut nommé en tant que premier cardinal-diacre de Saint-Julien. Le Cardinal Schotte mourut le 10 janvier 2005 et fut enterré à Saint-Julien le 10 janvier 2008. Au début du mois de juillet 2008, deux vitraux furent placés dans la porte de la sacristie, dans le chœur de l’église. Ces deux vitraux ont été réalisés par le maître verrier flamand Maurits Nevens et s’intitulent : «L’Invitation» (à gauche) et «Pèlerinage des Flamands à Rome» (à droite).

P. Hugo Vanermen, mSC., Recteur


Merci à Cindy Ghislain (membre de Pro Belgica Hainaut) de nous avoir envoyé des photos de l'église nationale Saint-Julien des Flamands à Rome.


Si vous voyez un endroit lié à la Belgique lors de vos vacances à l'étranger, n'hésitez pas à nous envoyer des photos. Merci d'avance.

mercredi 2 août 2017

Fête nationale à Brugelette












Merci à Jean-Louis Dieu, membre de Pro Belgica Hainaut, de nous avoir autorisé à reprendre ces photos de Johanna Hubeau.

mardi 1 août 2017

Fête nationale à Évregnies










Merci à Pascale Giudicelli de nous avoir envoyé ces photos. 

Cliquez ci-dessous sur "Estaimpuis" pour retrouver nos autres articles consacrés à cette commune.

lundi 31 juillet 2017

Last Post de juin et juillet à Ploegsteert

Le 2 juin, le traditionnel Last Post mensuel au Mémorial Britannique de Ploegsteert s'est déroulé en présence d'enfants des écoles de Comines-Warneton et des communes flamandes de Neuve-Eglise et Messines. Cette présence d'écoliers s'expliquait par la commémoration du centenaire de la Bataille de Messines. Après la cérémonie, des élèves de sixième secondaire ont lu, en français et en néerlandais, des lettres de soldats au Plugsteert 14-18 Experience





Le 7 juillet, le Last Post a mis à l'honneur l'association des para-commandos ainsi que les villes flamandes de Messines et Heuvelland. 




Provenance des photos : Ploegsteert Info

Merci à Jean-Michel Van Elslande, membre de Pro Belgica Hainaut, pour ses photos.

samedi 29 juillet 2017

Fête nationale à Ham-sur-Heure


Article Vers l'Avenir

Cliquez ci-dessous sur "Ham-sur-Heure-Nalinnes" pour retrouver nos autres articles sur cette commune.

vendredi 28 juillet 2017

Carte postale du Mexique

Merci à Charles-Edouard qui nous a envoyé cette photo du Mexique avec le drapeau couronne qu'il nous avait commandé il y a quelques semaines. 



Si vous partez en vacances à l'étranger avec notre drapeau couronne, n'hésitez pas à nous envoyer par mail une photo. Bonnes vacances à tous!