vendredi 29 décembre 2017

Les princes de Ligne la Trémoïlle

La Maison de Ligne est l'une des familles nobles les plus prestigieuses de Belgique. Elle est scindée en deux branches. Toutes deux ont pour ancêtre commun Eugène (1804-1880), 8ème prince de Ligne, qui fut ambassadeur de Belgique à Paris, puis président du Sénat pendant 27 ans ! Sa carrière diplomatique et politique lui a valu le titre de Ministre d'Etat. A son décès, il était l'un des hommes les plus riches du pays. Il lègue à son petit-fils Louis (1854-1918), 9ème prince de Ligne, son domaine de Beloeil  qui appartient toujours à la branche aînée des princes de Ligne  et à son fils cadet Charles (1837-1914) le château et les terres d'Antoing.

Photo : Per Wimmer
Photo : Per Wimmer

Historique et famille

Le dernier duc de La Trémoïlle
décédé en 1933 
Les princes de Ligne la Trémoïlle s’appelleraient aujourd'hui simplement "de Ligne" si le prince Jean-Charles (1911-2005) n'avait relevé le nom de sa mère qui était voué à l'extinction. Jean-Charles de Ligne était le fils du prince Henri de Ligne (1881-1967), lui-même fils du prince Charles de Ligne (1837-1914) qui hérita d'Antoing. La mère du prince Jean-Charles était la princesse Charlotte de La Trémoïlle (1892-1971). Les princes de La Trémoïlle appartienne à une maison féodale originaire du Poitou. Leur vicomté de Thouars fut élevé en duché en 1563 par le roi Charles IX. Au cours des siècles, ils ont ajouté à leurs titres de duc de La Trémoïlle et de duc de Thouars, ceux de prince de Talmont, prince de Tarente et comte de Laval. Prétendants au trône de Naples, ils possédaient le rang de "prince étranger" sous l'Ancien Régime.

En 1933, Louis, 12ème duc de La Trémoïlle, est décédé au cours d'un incendie en Angleterre. Seulement âgé de 23 ans, il ne s'était pas encore marié. Il était le dernier représentant mâle des La Trémoïlle. Le 20 décembre 1934, le roi Léopold III autorisa donc le prince Jean-Charles, neveu du dernier duc de La Trémoïlle, à relever le nom de sa mère pour éviter sa disparition. Jean-Charles, désormais prince de Ligne de La Trémoïlle, a épousé en 1942 à Paris Marie de Lambertye-Gerbéviller (1922), fille du marquis de Gerbéviller. Le couple a eu trois enfants : Hedwige (1943), Charles-Antoine (1946) et Nathalie (1948-1992).

Le prince Jean-Charles de Ligne la Trémoïlle
et sa fille Hedwige au château de Serrant
La princesse Hedwige s'est mariée en 1966 à Antoing au prince Charles-Guillaume de Merode (1940), chef de la branche belge des Merode depuis 1980. Le couple habite désormais au château de Serrant, près d'Angers. Cette propriété est arrivée dans la famille en 1830 avec le mariage de Charles de La Trémoïlle (1764-1839) et de Valentine Walsh de Serrant (1814-1887). La princesse Hedwige a donné naissance à deux fils : Frédéric (1969) et Emmanuel (1970), anthropologue et primatologue qui dirige le parc national des Virunga au Congo. Quant à la princesse Nathalie, elle s'est unie en 1976 au château de Serrant avec le prince Alain de Polignac (1940). Elle est décédée en 1992 et elle repose dans la chapelle du château de Serrant. Le couple avait eu deux enfants : Ludovic (1974) et Diane (1976).

Le prince Charles-Antoine de Ligne la Trémoïlle a étudié à l'Institut catholique de Paris. Il est également passé par l'université privée de Cornell, dans l'Etat de New York, où il étudia le management et l'administration hôtelière. Il est le cofondateur d'une société basée aux États-Unis : LAREX Corporation qui promeut la construction d'une ligne de chemin de fer à grande vitesse reliant San Francisco à San Diego. En avril 1993, le prince Charles-Antoine et ses associés ont été reçus au Capitole pour présenter leur projet. Cette ligne est actuellement en cours de construction. Depuis 2003, le prince Charles-Antoine travaille à l'installation d'un centre de loisirs sur les terres qu'il possède à Antoing.

Le prince Charles-Antoine et son ex-épouse la princesse
Alyette de Croÿ-Roeulx en 1990
Après une brève union avec lady Moira Beatrice Forbes (1951), le prince Charles-Antoine s'est marié à Neuilly-sur-Seine le 23 janvier 1976 à la princesse Alyette de Croÿ-Roeulx (1951), fille du prince Rodolphe de Croÿ-Roeulx (1924-2013) et d'Odile de Bailleul (1926). Son frère le prince Olivier de Croÿ-Roeulx (1948) vit au château du Roeulx, dans le Hainaut. Le prince Charles-Antoine et la princesse Alyette ont deux fils : le prince Edouard (1976) et le prince Charles-Joseph (1980), tous deux nés à Paris. Le couple a divorcé en 2002.

Après des études en Suisse, le prince Edouard a fréquenté la Richmond University à Londres. Il est aujourd'hui le président de Péronnes Invest et il préside le conseil d'administration de Your Nature. En septembre 2009, il s'est marié à Antoing avec l'actrice italienne Isabella Orsini (1974). Ce mariage princier avait alors retenu l'attention des médias. Antoing n'avait plus connu pareil événement depuis 1966 ! Le couple a deux enfants : la princesse Althea (2010) et la princesse Athénaïs (2014). La princesse Isabella poursuit sa carrière d'actrice et est la marraine de l'Association pour l'information et la prévention de la drépanocytose (APIPD). Le prince Charles-Joseph, architecte d'intérieur, s'est marié civilement à Antoing en novembre 2010 avec Ran Li (1984), fille d'un maire de la province chinoise de Guangdong. Ils s'étaient rencontrés à Paris. Le prince Charles-Joseph et la princesse Ran ont un fils : Amadeo (2012). La famille vit à Shanghai où la princesse Ran travaille dans le domaine de la mode.

Embed from Getty Images

Mariage du prince Charles-Joseph en 2010
Photo : S.A. la Princesse Charles-Joseph de Ligne la Trémoïlle
Le prince Charles-Antoine, son fils Edouard, sa belle-fille Isabella
et sa petite-fille Althea
Photo : Per Wimmer

Retrouvailles de la 13ème Compagnie du Régiment para-commando de 1967
au château d'Antoing en 2017 en présence du prince Charles-Antoine et de
sa petite-fille la princesse Althea
Photo : Louis Delabie
La Princesse Douairière de Ligne la Trémoïlle entourée
du prince Edouard, de la princesse Isabella et de ses
arrière-petites-filles les princesses Althea et Athénaïs
Photo : S.A. la Princesse Edouard de Ligne la Trémoïlle


Confidences de la princesse Isabella

En 2013, la princesse Isabella de Ligne la Trémoïlle a confié au magazine Paris Match : "En mille ans d'histoire, je suis la première roturière entrée dans la maison de Ligne, qui remonte au Saint-Empire romain germanique. Je leur ai dit que je ne renoncerais pas à mon métier, mais à certains rôles, certaines scènes, si cela était douteux. Je suis sagittaire, un signe de feu... Mais la minute d'après, je m'éteins. Il a fallu un peu de temps pour qu'Edouard, et surtout son père Charles-Antoine, s'habituent à ma spontanéité. Je suis très têtue, absolument pas diplomate. Je dis toujours tout haut tout ce que je pense. Et si je me fâche, ce qui est rare, je deviens une bête. Il faut que je canalise mon enthousiasme, sinon mon mari deviendra fou. Heureusement pour moi, c'est un homme infiniment patient, d'un autre temps. Edouard m'a ancrée enfin dans une réalité. Entre 15 et 30 ans, j'ai vécu des moments très compliqués, très angoissés. Me marier était la dernière chose dont je me préoccupais. Je m'ennuyais si facilement, y compris avec les hommes. Je m'étais habituée à vivre et à voyager seule". 

Liens entre les princes et la noblesse belge

Les princes de Ligne la Trémoïlle sont cousins de nombreuses autres familles nobles belges : la branche aînée des princes de Ligne bien entendu, les princes de Croÿ, les princes de Merode, les comtes de Lannoy, etc. Ainsi, au printemps dernier, le prince Edouard a retrouvé sa lointaine cousine la grande-duchesse héritière Stéphanie de Luxembourg, née comtesse de Lannoy, lors d'une réception parisienne. Tous deux descendent d'Eugène, 8ème prince de Ligne : Stéphanie par sa grand-mère paternelle la princesse Béatrix de Ligne (1898-1982).

Embed from Getty Images   


Le projet Your Nature

Photos : S.A. la Princesse Edouard de Ligne la Trémoïlle

Your Nature est un centre écoresponsable en construction dans le domaine du bois de Péronnes, dans la commune d'Antoing, près de Tournai. La forêt naturelle protégée de 280 hectares appartient aux princes de Ligne la Trémoïlle. Ce projet d'investissement de plus de 80 millions d'euros a été lancé par Péronnes Invest. Le consortium d'investissement mobilise 80,9 millions d'euros (23,3 millions d'euros de capital privé, 13,1 millions d'euros de fonds publics et 44,5 millions d'euros de fonds bancaires). Ils visent une clientèle européenne. La livraison des résidences de vacances a été répartie en trois phases. Lors de la première phase, 188 maisons et 6 bâtiments communs verront le jour. Récemment, une journée porte ouvertes a été organisée pour les investisseurs, et on a appris que 115 des 188 maisons ont déjà été vendues sous compromis. 

Photo : Per Wimmer
Photo : Per Wimmer
Le prince Edouard et la princesse Isabella avec le ministre-président
de la Fédération Wallonie-Bruxelles lors du lancement officiel de la
commercialisation des premiers cottages en 2015
Photo : Rudy Demotte

Dans un second temps, le centre s'enrichira de 300 maisons supplémentaires. Et dans sa dernière phase, Your Nature comptera en tout 575 logements de vacances et 9 bâtiments communs (piscine, espace bien-être, espace de jeux et de sport, ferme, centre équestre, magasins, boulanger, restaurant). En outre, diverses activités seront proposées dans l'eau, sur terre et dans l'air. Les constructions occuperont moins de 10% de la forêt. La première ouverture est prévue à l'été 2019, avec la création d'une centaine d'emplois. 


Un beau projet pour notre province du Hainaut, alliant économie et environnement. 


Valentin Dupont et Vincent Leroy 

Un grand merci à Son Altesse le Prince Edouard de Ligne la Trémoïlle pour sa collaboration à l'élaboration de cet article et au choix des photos.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire